Relier Bleu Russe, douce transgression

Relier un fanzine, ça ne se fait pas. Une reliure, en cuir de surcroît, c’est réservé aux livres précieux, durables. Pas aux petites autoéditions sur papier courant. Ça, c’est le discours officiel.

Mais quand j’ai eu le n°2 de Bleu Russe, j’ai eu envie de lui offrir une reliure, de m’associer au travail des créatrices.

J’ai eu envie de faire ce petit pas de côté qui donne un goût de douce transgression.

Reliure à plat rapporté, couture sur onglets de compensation, cuir noir, papier décoré main, tranchefile soie

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *