Relier Bleu Russe, douce transgression

Relier un fanzine, ça ne se fait pas. Une reliure, en cuir de surcroît, c’est réservé aux livres précieux, durables. Pas aux petites autoéditions sur papier courant. Ça, c’est le discours officiel.

Mais quand j’ai eu le n°2 de Bleu Russe, j’ai eu envie de lui offrir une reliure, de m’associer au travail des créatrices.

J’ai eu envie de faire ce petit pas de côté qui donne un goût de douce transgression.

Reliure à plat rapporté, couture sur onglets de compensation, cuir noir, papier décoré main, tranchefile soie

 

J’ai presque retrouvé mes 4 ans

Déchirer, découper de travers, faire des taches de colle, des traces, écrire sur les pages de garde : se moquer des règles de la reliure, choisir la spontanéité plutôt que le soin. Mon filleul m’a envoyé un magnifique collage, j’ai voulu lui répondre comme si j’avais son âge. Face au cynisme ambiant…j’aimerais apporter une once d’impertinente légèreté.

Carnet de vol

C’est l’histoire d’une femme qui aime un pilote à la retraite et qui décide de lui demander sa main. Comme le veut la tradition, elle accompagne sa demande d’un présent : une reliure plein cuir rassemblant ses carnets de vols.

Il fallait également inclure le brevet dans l’ensemble et créer une pochette pour conserver les papiers volants qui accompagnaient les carnets.